Dynamical Neurofeedback NeurOptimal®

neurofeedback-paris75.com        devient          neuro-SB.com

TROUBLE DU COMPORTEMENT ALIMENTAIRE ET NEUROFEEDBACK DYNAMIQUE

Au cours de ma pratique auprès de Docteur Meunier, des patients souffrant de Troubles du comportement alimentaire, m’ont été adressés par les Centres La Note Bleue et SOS Anor. Je rassemble ici quelques observations et témoignages au sujet des bienfaits du Neurofeedback Dynamique sur ces personnes. Je précise que les personnes reçues à mon cabinet sont toutes inscrites dans la trajectoire de soin de ses Centres SOS Anor et LA Note Bleue et bénéficient d’un suivi psychologique, de séances de stimulation magnétique transcranienne, psychomotricité, diététique, EMDR, sous la supervision de Dr MEUNIER. En aucun cas le Neurofeedback Dynamique ne tient lieu de traitement mais uniquement d’entraînement cérébral en complément de cette trajectoire de soin établie par les psychologues et psychiatres experts de cette pathologie.

Relier le corps et l’esprit

Ce que j’ai pu constater au cours de l’entraînement cérébral au Neurofeedback Dynamique est le lien que ces personnes réussissent à créer entre le corps et l’esprit. Cette méthode est centrée sur les ressenties de la personne et non sur des données physiologiques ou biologiques analysées par une personne relevant du « corps médical ».

L’algorithme Neuroptimal calcul les variations de l’activité cérébrale sous forme d’EEG. Nous n’interprèteront pas les données. Pas seulement pour la raison que la quantité de données traitées est telle que notre cortex cérébral ne pourrait les analyser et les restituer aussi vite que le cerveau non conscient lui-même peut traiter le signal auditif, mais car cette interprétation pourrait biaiser la progression du patient et influencer l’évolution de ses troubles. Seul le cerveau non conscient est apte à traiter le retour de l’information auditive en temps réel. Rappelons ici que l’ouïe est le moyen le plus rapide pour atteindre le cerveau non conscient, plus rapide que la saccade oculaire.

Le cerveau impliqué pendant la session est le cerveau limbique, amygdales et hippocampes, et non le cortex préfrontal. Les informations arrivent au cortex par la boucle des ressentis physiques et de là l’évidence du changement. La méthode est conçue pour inciter les personnes à rapporter elles-mêmes les améliorations et ressentis de leur vécu au quotidien, ce qui les place au cœur de leur propre évolution et les rend récepteur/acteur de leur changement. Le ressenti de la personne est au cœur du processus. La personne est toujours ramenée à ces ressentis et assoupli par là-même à chaque fois un peu plus son contrôle mental.

Nous ne cherchons pas à guérir une pathologie en particulier, mais à entraîner le cerveau à se re câbler, par le biais de la neuro-plasticité, mécanisme qui consiste à fabriquer de nouvelles connections neuronales jusqu’à la mort. Les capacités d’apprentissage du cerveau sont ici impliquées. La capacité du cerveau à s’autoréguler est un processus non conscient, physiologique. Au cours de l’entrainement la personne prend conscience de la régulation naturelle de son humeur, de ses performances cérébrales, améliorations cognitives, émotionnelles, s’installant ainsi doucement dans la boucle positive de la confiance en soi.

Pour le mental anorexique, cette méthode ouvre la voie à la fois au changement à l’insu de ce mental, amène la personne à accepter et constater en douceur un glissement extrêmement agréable vers un corps détendu, une décontraction musculaire, un relâchement des tensions intérieures, une respiration plus ample, un esprit plus léger, un corps plus flottant, recentré, ancré dans le fauteuil, un état planant et fluide, une clarté d’esprit, une facilité à gérer les crises. Le mental anorexique sera rassuré d’analyser, compter, calculer, ses améliorations. Celles-ci sont mesurées au fil des séances selon des critères précis: fréquence, intensité, durée.

La session, menée sur une musique douce incitative au voyage, suggestive, presque visuelle, est une première mise en situation de cet échappatoire, ce cocon, si bénéfique à l’emprise du mental, à ce monstre qui finalement va réussir à céder doucement pour laisser place à une amplitude respiratoire, une bulle de détente, une parenthèse de retour sur un soi bienveillant et empathique, un confinement dans un espace intérieur dont il leur est donné, grâce à cet outil, de découvrir et mesurer la dimension infinie. Dès les premières sessions les personnes glissent dans des états de conscience modifiées, plus ou moins longtemps et de manière plus ou moins intense. Lorsque la personne bascule dans un état d’hypnose ou un état méditatif, elle renforce les circuits neuronaux qui sous-tendent ses états. Il s’agit de les aider à reconstruire doucement cet espace intérieur physique et mental, voir même spirituel. Et le chemin de cette reconstruction passe par l’entraînement du cerveau.